Comprendre
en construction

Ozymendias, ou l'utilité d'un ennemi commun.

Frédéric Constantin
 • 
10
/
03
/
2020
clock

Toutes les entreprises souhaitent rester pérennes, mais la tâche n’est pas simple. De Ramsès II à Alexandre le Grand, même les plus grands empires de l’histoire ont fini par s’écrouler. Alors, comment perdurer dans le temps ? La réponse nous vient en partie d’un chef d’œuvre littéraire : Watchmen.

100% (final)
Sujet absent
Auteur absent
Statut absent
Ozymendias, ou l'utilité d'un ennemi commun.
photo : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e1/Temple_of_Derr_relief_of_Ramesses_II.jpg

Ozymandias et les Watchmen

Watchmen est un roman graphique publié en 1985 mettant en scène un groupe de superhéros atypiques. Ils évoluent dans un monde dystopique, où les menaces de la Troisième Guerre mondiale et de la bombe nucléaire sont omniprésentes. Voulant créer un monde sans conflits, où tous seraient solidaires, Adrian Veidt, alias Ozymandias, déclenche une immense explosion sur New York. Suite à l’incident, la population mondiale, apeurée, décide de jeter les armes et de se mobiliser.

Plusieurs diront que les moyens déployés sont démesurés, mais le fondement philosophique, lui, reste intéressant. Pour mieux le comprendre, il faut étudier deux personnages historiques qui ont fortement influencé Ozymandias, soit Alexandre le Grand et Ramsès II.

Le déclin des empires

Une histoire en particulier capte l’essence d’Alexandre le Grand : celle du nœud gordien. Elle raconte l’arrivée du roi à Gordion, puisqu'il se retrouve face à un nœud indénouable, « sans commencement ni fin ». Selon la légende, la personne capable de le dénouer deviendrait le roi de l’empire d’Asie. Alors que tous ceux qui ont essayé avant lui ont échoué, Alexandre le Grand trouve une solution toute simple : il tranche le nœud d’un coup d’épée. C’est de cette façon, en posant des actions simples, mais radicales, qu’il a su bâtir un des plus vastes empires jamais connus de l’humanité. Mais à la suite de sa mort prématurée, son empire s’écroule.

Le pharaon Ramsès II (Ozymandias était d’ailleurs un de ses pseudonymes) est quant à lui devenu le symbole des empires déchus. Représenté dans deux poèmes du XIXe siècle, on raconte comment « le roi des rois » n’est plus aujourd’hui qu’une statue de pierre, ravagée par les sévisses du temps. Tous les grands empires, peu importe leur taille ou leur puissance, finissent par tomber.

Comment sauver son empire

Le même destin attend les entreprises, petites ou grandes. Quand les choses vont mal, quand on sent que l’empire s’écroule, que notre entreprise fonce dans le mur, que la situation semble « sans commencement ni fin », la solution pourrait sembler évidente : renvoyer du personnel, imposer de nouvelles réglementations, etc. On pense radicalement. On coupe le nœud. Mais cette solution n’aura d’effet qu’à court terme parce qu’elle n’a pas pour but d’unifier et de mobiliser.

Mais comment mobiliser un groupe de personnes qui semblent irréconciliables ? Selon Ozymandias, la seule façon d’y parvenir est de se battre contre la même chose pour atteindre le même but. C’est d’avoir un ennemi commun.

L’ennemi commun

Cet ennemi ne doit pas être incarné : il faut que cette « menace » soit plus grande qu’un individu, qu’une organisation, ou même qu’un gouvernement. Elle doit avoir le potentiel de tous nous rallier, peu importe l’entreprise pour laquelle nous travaillons, nos allégeances politiques, notre religion, ou notre nationalité.

Par exemple, pour Volvo, l’ennemi commun n’est pas Kia, ou Volkswagen : ce sont les dangers de la route. C’est pourquoi, dans les années 50, l’entreprise a contribué à démocratiser la ceinture de sécurité dans les voitures, et qu’aujourd’hui, elle souhaite éliminer les morts et blessures graves impliquant leurs voitures grâce aux nouvelles technologies.

Mais, au contraire de Watchmen, il ne faut pas attendre que la situation soit avancée au point que la seule résolution possible soit l’explosion. Il ne faut pas attendre que le nœud soit indénouable. C’est à nous de trouver notre ennemi commun et de nous mobiliser pour créer un monde meilleur.

Ce qu'il faut retenir

Lorsqu’un empire s’écroule, on peut être porté à prendre des décisions radicales : renvoyer du personnel, imposer de nouvelles réglementations, etc. Ces actions peuvent avoir des effets, mais ils ne dureront pas dans le temps. Pour durer, il faut se mobiliser. Et selon Ozymandias, l’antagoniste du roman illustré Watchmen, il faut se mobiliser contre un ennemi commun. Cet ennemi ne doit pas être incarné. Il doit être plus grand que nous. Comme pour Volvo, l’ennemi n’est pas Kia ou Volkswagen : ce sont les dangers de la route. C’est donc à nous de trouver notre ennemi commun et de nous mobiliser pour créer un monde meilleur.

Bibliographie et références 
  1. https://alire.leslibraires.ca/livres/watchmen-alan-moore-9782809406405.html
  2. http://www.bu.edu/writingprogram/journal/past-issues/issue-8/wu/
  3. https://www.history.com/news/what-was-the-gordian-knot
  4. https://en.wikipedia.org/wiki/Ozymandias



Notes



Comprendre
en construction


Notes

fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
Tout a bien fonctionné.
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Partagez cet article!

Éditer
 Éditer Éditer Éditer Éditer Éditer

À découvrir au hasard...

Pour continuer de réfléchir...

DES FORMATIONS POUR VOUS AIDER

send
Parlons-nous

Préparé avec au 467 rue Saint-François-Xavier, Montréal, H2Y 2T2