Les E.S.G... Est-ce que ça marche vraiment?

Les E.S.G... Est-ce que ça marche vraiment?

Thomas Legault
Dans les dernières années, un nombre grandissant d’entreprises tentent d’intégrer les critères ESG dans leur planification stratégique… alors l’ESG, est-ce une simple mode ou une véritable valeur d’avenir? Une nouvelle étude analysant plus d’un millier de titres boursiers suggère que les entreprises « propres » seraient à la longue plus rentables et plus stables que celles « classiques ». Enquête.
21
/
02
/
24
,
image
Gaëtan Namouric + MidJourney (V6)

Les trois mousquetaires de la prospérité

E, S, G, trois lettres qui en disent long! À l’image d’Arthos, Portos et Aramis, l’Environnement, la dimension Sociale et la bonne Gouvernance forment le trio inséparable de la gestion responsable. Si vous aussi comme d’Artagan vous cherchez à les rejoindre dans leur aventure, voici ce qu’il faut savoir.

D’abord, il faut garder en tête qu’il existe autant de façons d’appliquer la gestion responsable qu’il existe d’entreprises. C’est que les critères sont assez vastes, et souvent ne s’appliquent pas de manière uniforme à toutes les entreprises. Prenons néanmoins ici l’exemple de l’entreprise Cascades, cheffe de file en matière de gestion ESG au Québec.

D’abord, le facteur Environnemental analyse la consommation d’énergie, la gestion des déchets, la prévention des risques environnementaux, la pollution produite et le respect de la vie animale… pour ne nommer que ceux-là ! Cascades est par exemple engagée depuis bon nombre d’années dans l’économie circulaire, s’approvisionnant autant en plastique qu’en papier recyclés (ou provenant de forêts gérées de manière durable).

Le facteur Social quant à lui se rapporte plus aux conditions de travail et à la santé des équipes, de même qu’à leur épanouissement. On pense donc oui à tout ce qui se rapporte à la santé et à la sécurité au travail, mais aussi aux valeurs de diversité, d’équité et d’inclusion de l’entreprise. Par exemple, Cascades se distingue par son implication dans les causes de santé mentale, en plus d’initiatives d’inclusion telles que les rendez-vous Femmes et Machine ou la création d’uniformes aux couleurs de la Fierté.

Enfin, le critère de Gouvernance s’attache à rendre compte des bonnes pratiques de gouvernance d’une entreprise en termes de transparence dans sa méthodologie comptable et d’indépendance du conseil d’administration. Est-ce que des mesures minimales ont été appliquées afin d’éviter les conflits d’intérêts ? On évalue ici la qualité et la structure de la gestion de l’entreprise. Qui dit évaluation dit transparence, et c’est justement par sa conformation aux normes du Sustainability Accounting Standards Board (SASB) que Cascades parvient à s’en assurer.

Quand responsabilisation rime avec différenciation

Malgré des exemples fort comme Cascades ou encore Patagonia, les différents acteurs du milieu des affaires ont longtemps hésité : quels sont les bénéfices concrets de la gestion ESG ? N’est-elle pas, par définition, limitative, en plus d’être compliquée et coûteuse à mettre en place ?  

Sur ce point, le mythe est tenace : ce type de gestion serait rarement rentable. Ulrich Atz, économiste et chercheur à la Stern School of Business de l’Université de New York, a travaillé à débouler cette préconception en compilant plus d’un millier de données officielles. Il est parvenu à démontrer que, statistiquement, les entreprises appliquant une gestion ESG peuvent être aussi performantes, voire même plus performantes, que leurs congénères à la gestion plus traditionnelle, surtout à long terme, ou lorsqu’elles misent sur les stratégies E à bas carbone. D’autre part, les entreprises ayant une gestion responsable s’en tireraient mieux sur le plan financier lors d’une crise économique ou sociale. Analysant les fluctuations du marché boursier, l’étude démontre ainsi qu’au moment de la crise financière de 2007-2009, les entreprises appliquant une gestion durable ont mieux performé et se sont redressées plus rapidement après la crise.

Mais les performances financières ne sont que la pointe de l’iceberg. Prenons par exemple la certification B-Corp, qui regroupe le fleuron des entreprises certifiées favorisant l’inclusion sociale et la défense de l’environnement au Québec. Dans les critères de cette certification, il y est notamment inclus que les différents fournisseurs et sous-traitants d’une entreprise certifiée B-Corp doivent eux aussi… être gérés de manière responsable. Vous nous voyez venir ? L’adoption par une part de plus en plus grande du marché de normes responsables crée tranquillement un cercle vertueux de la gestion responsable. Ainsi, adopter de telles pratiques permet désormais d’augmenter l’attractivité de son entreprise, non seulement auprès des consommateurs, mais également auprès de potentiels partenaires d’affaires.

La valeur des valeurs

Vous vous en doutez sûrement, cette tendance dépasse largement le Québec. À l’échelle mondiale, une pression s’exerce sur tous les acteurs du milieu des affaires pour atteindre des cibles de plus en plus ambitieuses en matière de gestion responsable, tout particulièrement sur le plan environnemental. Notamment, l’investissement responsable connaît une forte hausse de popularité, offrant des opportunités uniques aux entreprises appliquant les normes ESG.

Par exemple, en Europe, à compter du 1er janvier 2024, la nouvelle directive CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive) exigera des entreprises qu’elles dévoilent le contenu de leurs informations extrafinancières pour permettre aux investisseurs de prendre les décisions les plus éclairées. Le texte de loi s’appliquera également aux entreprises non européennes (de taille significative) présentes sur le marché interne européen.

Plus proche de chez nous, la Fondation IFRS, bien connue des marchés financiers, a officialisé lors de la COP26 la création d’une antenne de l’International Sustainability Standards Board (ISSB) à Montréal (le siège social est en Allemagne). Leur implantation au Québec, une première en Amérique du Nord, renforce ainsi la place de leader du Québec en matière d’investissement responsable. C’est grâce à de telles initiatives que peu à peu, on observe une transformation profonde du monde de la finance et du modèle d’affaires des entreprises.

Ce qu'il faut retenir

La gestion ESG et la croissance vont main dans la main. Les études sont sans équivoque : elle est rentable à long terme et plus sûre en période de crise. Qui plus est, la gestion ESG devient un outil de différenciation de plus en plus important pour une entreprise, autant vis-à-vis de ses partenaires d’affaires, des investisseurs, ou des consommateurs. Au final, léguer à la fois une économie et une planète en santé aux générations futures, c’est ça la véritable valeur des valeurs.

Thomas est stratège chez Perrier Jablonski. À mi-chemin entre le créatif et l’analyste, il est animé d’une curiosité pour les petits et grands enjeux et se passionne pour la recherche d’insights pertinents et percutants.
subject
Bibliographie et références de l'article

Ulrich Atz, économiste et chercheur à la Stern School of Business de l’Université de New York, a compilé méticuleusement plus d’un millier de données officielles : https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/20430795.2022.2106934

https://www.cascades.com/fr/developpement-durable/axes-solutions/entreprise-circulaire

☝️ Les visuels, vidéos, citations ou extraits inclus dans cet article sont utilisés à des fins éducatives selon l'article 107 du Copyright Act de 1976 sur le Fair-Use.

UN PAS🏁DE RECUL,
UN COUP🏴‍☠️D'AVANCE.

Une infolettre pour des articles exclusifs, un accès privilégié à des offres et à certains de nos services... et quelques nouvelles de nous.

Bravo! 🎉
Il y a un bug quelque part...

Un livre de chevet

200 pages de secrets, d'anecdotes et d'histoires pour vous aider à raconter la vôtre.

Commandez le vôtre

Hum, hum

Désolé, cet article est en cours d'écriture. Cette page est donc réservée aux employés — mais elle n'est pas *uniquement* réservée aux employés réservés.