Dossier
en construction

(Histoire de la pub pure laine.)

Gaëtan Namouric
 • 
Simon Massart
 • 
02
/
09
/
2020
clock

Nous avons tenté de retracer ici l'histoire de la pub au Québec dans les grandes lignes

20% (en cours d'écriture)
Sujet absent
Auteur absent
Statut absent
(Histoire de la pub pure laine.)
Jacques Bouchard

Année 1955 : Fondation de la première grande agence de publicité francophone
Payeur Publicité de Québec qui deviendra plus tard Publim, puis Marketel Publim. Techniquement pas la première mais traduction, adaptation

Année 1957-58 : Naissance du Publicité-Club (Bouchard)
Jette les bases d’un enseignement supérieur destiné aux franco en matière de pubs.
Les publicitaires d’ici prennent conscience de leur souhait commun : une publicité par et pour les Québécois.
Depuis l’arrivée de la télévision en 1952, on remarque que la traduction des publicités américaines ou ontariennes vers le français est plus difficile. Les messages publicitaires manquent de synchronisme. Il faut les adapter pour ce nouveau médium multimédia.

Année 1963 : Création de BCP de notre ami Jacques Bouchard



Années 60 : Mariage politique et publicité, le monde politique qui s’adresse à l’industrie !

Selon le site Internet de Panorama sur le Québec (panorama.com), la politique a eu une grande influence sur la publicité au tournant des années 1960. Daniel Johnson père, qui deviendra Premier ministre du Québec, a été un politicien qui a largement participé à ce mariage de la politique et de la publicité. À l'époque, Daniel Johnson père a publié des articles dans Le Devoir et a prononcé des discours dans lesquels il encourage les publicitaires québécois à cesser de traduire les publicités anglophones et à créer des publicités uniques et spécifiques pour le marché québécois. Dans un de ses articles, il cite ainsi des statistiques très intéressantes : quoique les Canadiens français représentent 28 % de la population du pays, ils contrôlent moins de 3 % des dépenses publicitaires (Panorama sur le Québec, 2008).
Années 60-70 : Révolution tranquille et métamorphose se de l’industrie Comme le rapporte Ouellet (1993), les sociologues et les publicitaires du Québec s'entendent sur le fait que la publicité québécoise est née avec la Révolution tranquille, période de prise de conscience de l'identité québécoise moderne.
Avec un climat de Révolution tranquille, la publicité québécoise prend un tournant très identitaire. La loi 101 redéfinit les bases de la langue québécoise et, autre changement majeur, le tutoiement devient courant.
1 sur 3
Années 1975 – 1980 : Époque des publicités nationalistes.
Production de la campagne On est six millions par BCP pour le compte de la brasserie Labatt, deOn est Hydroquébécois pour le compte de la société Hydro- Québec, etc.
1980 : Influence de la publicité sociétale
On ne veut plus que vendre, on veut surtout changer les habitudes du consommateur. Au travers de ce type de publicités, les messages publicitaires font leur entrée en politique.
Bouchard et Cossette ont notamment suivi cette tendance.

1990 : Publicité québécoise moins identitaire/spécifique

La mondialisation influence le style publicitaire : les grandes marques gardent les mêmes idées pour leurs messages, où qu’ils soient propulsés. La publicité québécoise perd donc un peu de son unicité, malgré que les voix soient adaptées.

Bcp de nombreuses petites agences émergent début années 90, en opposition aux grosses machines aux structures lourdes.

Ce qu'il faut retenir

Bibliographie et références 


Notes



Dossier
en construction


Notes

fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
Tout a bien fonctionné.
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Partagez cet article!

Éditer
 Éditer Éditer Éditer Éditer Éditer

À découvrir au hasard...

Pour continuer de réfléchir...

DES FORMATIONS POUR VOUS AIDER

send
Parlons-nous

Préparé avec au 467 rue Saint-François-Xavier, Montréal, H2Y 2T2