en construction

(Ce que nous devenons.)

Gaëtan Namouric
 • 
22
/
02
/
2020
clock

Entre unité et multitude, entre cadavres et nouveaux nés, un regard philosophique sur ce que nous sommes et ce que nous devenons.

0% (idées en vrac)
Sujet absent
Auteur absent
Statut absent
(Ce que nous devenons.)
Crédit : https://unsplash.com/photos/OBok3F8buKY

Ce qu'il faut retenir

Bibliographie et références 


Notes

Je serai philosophe. Je serai ingénieur ou scientifique. Je serai bâtisseur, bricoleur. Je serai jardinier. Un promeneur, au moins? Le philosophe Henri Bergson le disait mieux que moi : « La route que nous parcourons dans le temps est jonchée des débris de tout ce que nous commencions d'être ». Alors nous serions faits de rêves abandonnés qui, avant de mourir en nous, ont laissé des graines de rêves en devenir. Nous serions constitués d’un terreau fait de germes, de pousses et de nutriments hérités de vies abandonnées. Puisqu'il en est ainsi, nous sommes une terre en repos qui cache sous sa peau une infinité de vies possibles. Un corps de cadavres exquis. Nous sommes faits riches, comme les friches. Chaque fois que nous « devenons », nous sommes l’excroissance d’une racine endormie en nous. C’est la réminiscence de Platon : « connaître, c’est reconnaître ». Devenir en revenant... c’est ça... Je suis un revenant. Mais d'où vient cette idée qu’il ne faudrait être qu’un? D'où vient l'idée du tout, unifié, unique? De Parménide. Le philosophe du tout, avant Socrate et Platon. Ce qui est, ce qui n’est pas. Le quelque chose et le néant. Tout ou rien. L’étant et le néant. N'étant pas néant, je suis un étant. Mais « un » est impossible, selon l'opposant de Parménide, Héraclite. Séparer le tout du néant, c’est créer deux ensembles, donc la multitude, donc l’inverse d’un tout unique. Et Héraclite allait plus loin. La multitude, c’est aussi l'idée d’un présent qui n’existe pas. D’un flot continu impossible à arrêter, d’un changement permanent. Et puisqu’il est impossible de saisir le présent, nous sommes condamnés à devenir. Je suis un devenant. Il faut donc changer. Bouger sans cesse. Il faut parvenir à imaginer le prochain possible et avancer vers lui. Nous sommes dans une perpétuelle injonction d’invention. Créer pour devenir, et la seconde d'après... créer encore, puisque ce qui est devenu est déjà reparti, dans le néant ou dans le terreau d’un soi en gestation. Imaginer un avenir possible et le faire advenir. Je suis un advenant. Chaque instant, nous produisons la prochaine version de nous-mêmes, comme une mise à jour perpétuelle, comme un contrat auquel il faudrait ajouter des clauses. Les notaires appellent cela un « avenant ». Et l’avenant des notaires du XIVe portait un autre nom : innovatio. Quelques mots pour s’adapter, changer pour que rien ne change. L'innovation est née de cette idée : une adaptation au temps qui passe. Ce temps impossible à saisir. Ce temps qui force à créer. Je suis un innovant. Être. Revenir. Devenir. Innover. Advenir. Un homme à l'arrêt est un homme en retard. Celui que je suis est condamné à changer dans un monde qui change, il est poussé en avant par l’invention permanente d’un devenir possible. Quand l’exercice échoue, des débris se déposent au fond de moi, et serviront d'engrais à ma prochaine tentative. Quand l'exercice réussit, un être mis à jour est mis au monde. Nous sommes sommes dans l'accouchement permanent de nous-mêmes, comme Socrate accouchait les âmes. Dans cette entreprise, nous sommes notre propre arbitre : enfouir un cadavre ou libérer un nouveau né?



en construction


Notes

fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
fileuploaded.jpg
Oups, 10Mb maximum.
Tout a bien fonctionné.
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Partagez cet article!

Éditer
 Éditer Éditer Éditer Éditer Éditer

À découvrir au hasard...

Pour continuer de réfléchir...

DES FORMATIONS POUR VOUS AIDER

No items found.
send
Parlons-nous

Préparé avec au 467 rue Saint-François-Xavier, Montréal, H2Y 2T2